☩ Secret Destiny ☩

Entrez dans le pensionnat de Secret Destiny... Mais faites attention, les murs ont des oreilles. Nous voilà en 2010, année où les mystères et les secrets n'ont pas cessé d'être ramenés à la surface.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 16:15

Un taxi s'arrêta à l'entrée de la ville, y déposant Marcuccio et son énorme valise. Le jeune homme paya le chauffeur, lui laissant un gracieux pourboire, avant de saisir la poignée de son bagage et de s'élancer sur le trottoir, comptant s'arrêter au premier restaurant ou café venu. Il venait de Londres, où il avait passé un an de sa vie, et la route avait été longue. Il avait enchaîné taxi, train, et encore taxi, et les heures s'étaient écoulées, interminables, avant qu'il n'arrive à destination. Les forces lui manquaient presque, et il avait dans la gorge cette nausée propre aux longs trajets.
Après quelques minutes de marches, l'humeur dans les talons, il s'arrêta devant la porte d'un café. Ce lieu lui semblait accueillant, et il y pénétra, prenant bien garde à ce que sa valise ne se heurte pas au mur. Cela aurait fait un choc dont le bruit aurait été des plus irritants, et de plus, il n'avait aucune envie de s'attirer l'attention des personnes déjà présentes, même si sa façon de marcher, droit et fier, ainsi que sa tenue, ne lui laissait pas la moindre chance de passer inaperçu.
Tout à son cheminement dans la salle, il dirigea son regard vers une des petites appliques murailles et ne vit pas l'adolescent qui se tenait devant lui, le heurtant inconsciemment lorsqu'il passa devant lui. N'y prenant pas garde, car ne l'ayant pas remarqué pour un sou, il gagna une petite table, cala son bagage contre un pied de cette dernière et s'assit, posant son dos tout contre le dossier du siège, des reins aux omoplates. Il n'était pas question de se permettre le moindre écart.
Posant un avant-bras sur la table, il balaya une mèche de son visage. Celle-ci était plaquée contre son front, lui laissant ainsi une idée de son degré d'épuisement dû à un tel voyage. Il se promit une douche dès qu'il serait arrivé au pensionnat, mais en attendant, il comptait bien reprendre du poil de la bête.
Il héla un serveur et commanda un café noir, comme il en prenait toujours, à grand renfort de "pourrais-je", de "je vous prie" et de "merci bien".
Reportant son regard vers le reste de la clientèle, il en inspecta consciencieusement les différents individus attablés tout comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 16:52

Andy entra dans le taxi qui le conduisait au pensionnat. Apres quelques longues heures de trajet, il arriva enfin dans une ville. Il sortit du véhicule, sac a dos en main.
Ce lieu était sombre, étrange…Etait-ce vraiment ici? Il ne pouvait pas en étre sur, ce endroit n’y était pas sur le plan. Ce ne fut que quand il vit une plaque ”secret destiny” qu’il fut rassuré. Le chauffer reclama son payement, Le jeune homme soupira.


-<< Bah vous avez qu’a mettre sur le compte de mes parents !

-Les Windsor ? dit le chauffer, visiblement suprit. Comme si ce n’était pas possible. Ce qui agaça Andy au plus haut point. Oui, ses parents faisaient partie des plus riches de la Bretagne, et alors ?
- Ouais, c’est moi leur fils. Maintenant dégage !

Le chauffeur le devisagea, le jeune homme lui fit un doigt d’honneur avant de lui tourner le dos. Ce fichu homme l’avait déjá enervé ! Maintenant, il n’arrivait pas a enlever les tristes mémoires qu’ il avait. Il marcha pendant quelques minutes, et vit un café. N’ayant pas envie de se rendre tout de suite au pensionnant, il y entra. Pourquoi pas, apres tout ? L’adolescent examina la piece…Ce café avait une décoration digne du siecle passé, ça lui plaisait. Les autres le dévisageaient et une fille lui souriait, mais il n’y fit pas plus attention. Il était habitué.
Alors qu’il se dirigeait vers une table, quelqu’un le poussa. Il se tourna et vit un homme, cheveux longs, avec une étrange maniere de s’habiller…et surtout, de marcher. Comme s’il se prenait pour le roi !
Andy prit une chaise et s’asseya a la meme table que ce homme qui devait avoir une vingtaine d’annés, sans meme lui demander. Il alluma sa clope, et laissa la fumée envahir le visage de Monsieur hautain.


- Ça, c'est pour m'avoir poussé.
Il le regarda droit dans les yeux…Hum, finalement, il était pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 17:21

[Oups, pardon, mon italique...
Je ne me prends pas pour le roi, je suis juste trop classe pour toi, mollusque. Oui...bon...]

Le regard de Marcuccio se posa sur l'adolescent qu'il avait poussé tout à l'heure. Ne l'ayant pas remarqué, il ne saisit pas tout de suite pourquoi cette personne s'avançait vers et lui, et -d'autant plus!- s'asseyait à sa table. Était-ce comme ça que l'on faisait dans cette ville? S'asseoir, comme ça, là où les gens étaient déjà attablés?
Lorsque l'inconnu sortit une cigarette, rappelant ainsi à Marcuccio un besoin qu'il n'avait pas assouvi depuis longtemps et lui faisant de la même manière se souvenir du porte-cigarette qu'il avait dans la poche de sa veste, et lui souffla un magnifique nuage de fumée au visage, Marcuccio comprit qu'il devait en avoir à sa personne.

"Excusez-moi...?" laissa-t-il échapper, méprisant.
"Ça, c'est pour m'avoir poussé. "
En voilà une nouvelle. Alors oui, peut-être avait-il dû cogner quelqu'un en entrant, cela n'était pas impossible et arrivait souvent.

"Oh, je vous aurais ainsi offensé? Toutes mes excuses..."
Marcuccio examina l'adolescent d'un regard presque expert. Son style vestimentaire ne lui plaisait pas une seconde. En posant son regard sur les nombreux piercing du jeune homme, il fut pris d'une légère nausée en imaginant l'aiguille traverser sa peau, voire sa chair. Il avait déjà eu cette impression lorsque Valentine s'était une fois ramenée à la maison affublée d'un de ces bijoux au coin de ses lèvres. Il lui avait hurlé dessus comme il n'avait jamais hurlé sur personne, accusant cette modification corporelle de tous les maux, toutes les infections, tous les cancers du monde, et bien sûr d'un sérieux manque de classe.
Par contre, une chose n'était pas négligeable: le jeune homme avait des yeux magnifiques. D'un bleu très profonds. Fascinants. Si seulement il ne gâchait pas un tel potentiel à s'affubler comme un rebelle des années 80! Il avait croisé énormément de personnes de cet acabit à Londres, et même s'il en était habitué, il n'arrivait pas à considérer ces personnes comme dignes de respect.
A force d'inhaler la fumée de la cigarette de l'inconnu, il sortit son porte-cigarette de sa poche et demanda:

"Pardonnez-moi mais...vous n'auriez pas une...cigarette à me prêter? Mon paquet est dans ma valise, et je me vois très mal fouiller dedans en plein milieu de cet endroit..."
Lorsqu'il prononça ces mots, il aperçut le serveur arriver et déposer son café sur la table. Articulant un "merci"non négligeable, il ne daigna cependant pas poser son regard sur l'employé et commença à touiller machinalement dans la boisson avec sa petite cuillère, même si étant dépourvu de sucre ou de lait, cette mixture n'avait certainement pas besoin d'être mélangée.
"Je vous offre quelque chose, histoire de me voir pardonné de ma bévue?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 17:45

SNOB !

Oh, je vous aurais ainsi offensé? Toutes mes excuses...

Andy eut un rire nerveux. Ca lui rapelait ces temps, oú il vivait avec des gens qui parlaient de cette maniere, et oú lui meme s’exprimait avec ce langage soutenu. C’était d’un ridicule ! Cet inconnu avait tout l’air d’étre un de ces bourgeios , d’autant plus avec son style snob. Enfin, l’adolescent ne pouvait pas le critiquer la-dessus, son interlocuteur devait penser pareil-ou meme-pire vu la maniere dont il le regardait, a croire qu’il l’examinait. Voulant faire comme ce monsieur hautain, Andy lui répondit d’une voix três distinguée.

-Je n’apprecie guere ce genre de comportement, voyez-vous. J’exige plus d’attention la prochaine fois.

Ca semblait étrange…et presque ironique un jeune homme punk en train de parler de cette maniere. Il était certain que l’homme en face de lui allait s’etonner, et pas qu’un peu. Andy termina ainsi sa cigarrette et l’inconnu parut chercher quelque chose de son sac. Il en sortit un porte cigarette, le jeune homme en conclut qu’il fumait aussi. Il ne s’etait pas trompé, Monsieur venait de lui demander une clope, três poliment, comme Andy l’attendait. L’adolescent en sortit une de son paquet et la déposa sur la table, comme s’il était force, par politesse.
"Je vous offre quelque chose, histoire de me voir pardonné de ma bévue?"

L’inconnu était plus aimable que ce qu’il ésperait. Andy réflechit…Accepter l’offre ou pas? Ce n’était pas son genre, il n’aimait pas qu’on lui offre quelque chose sans rien en retour. Apres tout, il lui avait donné une cigarette Malboro. C’était quelque chose, lui qui n’aimait pas partager ses clopes.


-Une vodka, merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 18:33

Marcuccio perçut très bien le petit rire que l'inconnu laissa échapper. Sa façon de se comporter devait certainement l'agacer. Il n'avait pas l'air étonné, à vrai dire, comme s'il avait déjà entendu quelqu'un parler ainsi auparavant. Les moues que son visage affichait étaient loin des regards bovins que certains adolescents lui lançaient parfois, sans comprendre un traître mot de son vocabulaire.
"Je n’apprecie guere ce genre de comportement, voyez-vous. J’exige plus d’attention la prochaine fois."
La preuve. A première vue, il savait le manier. Mais Marcuccio n'aimait pas qu'on le prenne pour un aristocrate à l'éducation bourgeoise et irréprochable. Si sa famille avait été comme ça, ça se saurait. Ce jeune le prenait-il pour un pauvre fou qui ne percevait pas l'ironie dans l'expression des gens? Comme s'il allait sourire, tout heureux de voir quelqu'un "de sa trempe" et lui témoigner le respect le plus soutenu.

"Me prendriez-vous pour un con?"
Il avait banni depuis longtemps ce genre d'insulte de son vocabulaire, mais ce mot se prêtait admirablement bien à la situation. S'emparant avec reconnaissance de la Malboro, il l'accrocha à l'extrémité de son fume-cigarette et en tira une bouffée.
"Vous m'avez vu, du haut de mon dédain, et vous m'avez donc pris pour une de ces personnalité sans aucune connaissance du monde "modeste". Je vois bien que vous vous riez de moi, mimer un langage qui ne serait pas vôtre n'en vaut certainement pas la peine.
En attendant que l'inconnu décide de prendre une boisson ou non, Marcuccio leva la main et d'un claquement de doigt, fit comprendre au serveur qu'il avait de nouveau besoin de ses services.
"Excusez-moi de vous importuner une nouvelle fois mais...j'aimerais prendre une portion de fromage, s'il vous plait. Et pour mon ami..."
Il jeta à celui-ci un coup d'oeil significatif.
"Une vodka, merci bien."
Adressant un petit sourire innocent au serveur, signifiant clairement "Voila, une vodka, donc", Marcuccio bu une gorgée de son café et grimaça. Jamais assez noir. Ceux qui s'occupaient de la préparation de ces breuvages avaient-ils donc si peurs d'offrir quelque chose de trop amer à leur client?
Reportant son attention sur son interlocuteur, il demanda:

"Maintenant que nous sommes assis à la même table et que nous nous sommes respectivement dépannés, puis-je connaître votre nom?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 19:01

"Me prendriez-vous pour un con?"

Andy ne put s’empecher d’echapper un rire. La maniere dont cet inconnu avait prononcé ces paroles parassait tellement ironique. L’adolescent se doutait qu' un garçon avec ce type de style vestimentaire parler avec ce langage, ça ne correspondait pas. E til avait raison, le jeune homme l’avait fait expres. Il ne parlait plus comme ça depuis bien longtemps, juste pour le fun, comme maintenant. De plus que c’était parce que ses géniteurs l’exigait. Pour bien paraitre aux yeux de leurs amis, des journalistes, etc. Qu’est-ce que ça pouvait le repugner, rien que d’y penser !


-Sans doute que vous l’étes déjá.

]Andy s’était sans doute trompe sur son compte. Um bourgeios n’a pas cet mot dans son vocabulaire, loin de la. Son interlocuteur venait d’affirmer son hypotese.
"Vous m'avez vu, du haut de mon dédain, et vous m'avez donc pris pour une de ces personnalité sans aucune connaissance du monde "modeste". Je vois bien que vous vous riez de moi, mimer un langage qui ne serait pas vôtre n'en vaut certainement pas la peine.
Andy passa une main sur sa chevelure, digne d’une publicité pour l’Oreal Paris et fixa l’inconnu de ses yeux bleus durant quelques instants.


-Préferez-vous que je parle comme ces délinquants ?Si tel est votre choix, tres cher.

Il s’amusait bien. Le jeune adolescent se doutait que son “copain” de table n’allait pas aimer. Leur connaissance n’était pas três bien commencée… Il jetta un bref coup d’oeil aux valises de ce dernier…Il venait lui aussi d’arriver. Peut-etre allait-il aussi en pensionnat ?Il lui ferait cette question plus tard. Sa nouvelle connaissance fit signe au serveur, et demanda un fromage, ce qui était relativement étrange mais Andy ne fit aucun commentaire.
Maintenant que nous sommes assis à la même table et que nous nous sommes respectivement dépannés, puis-je connaître votre nom?"
Le serveur revint, avec le dit fromage et la vodka souhaitée. L’adolescent but quelques gorgées, histoire de se rafraichir ayant la bouche seche a cause de la cigarette et répondit ensuite.


-Mon nom ? Windsor.

Apres quelques secondes, il ajouta :
-Andy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 19:17

[Un fromage...]

"Sans doute que vous l’êtes déjà."
Oh, la bonne blague qui revenait sans cesse depuis le lycée. Marcuccio trouva tout de suite ce type d'humour dépassé.

"Votre répartie est minable, pardonnez-moi de vous le faire remarquer."
Conscient de l'agressivité de ses paroles, il fixa son interlocuteur droit dans les yeux, le défiant presque. Oh que non, il ne risquait pas de regretter son audace, loin de là. Il le pensait.
"Préferez-vous que je parle comme ces délinquants ?Si tel est votre choix, tres cher."

Cette réplique piqua Marcuccio au vif. Comme si parler sur un ton familier était signe de délinquance! Il se savait fermé d'esprit, mais pas à ce point. Après tout, sa chère Valentine s'exprimait d'un langage particulièrement simpliste, mais était pourtant loin de se voir considérée comme une...délinquante.
"Loin de moi l'idée d'être déplu par votre façon de parler, mais lorsque je vous regarde, vos mots sonnent aussi faux qu'une flûte à bec dans le gosier de ma soeur. Parler courament ne vous tuera pas, et puisque vous m'avez l'air bien souple de la parole, permettez-moi de vous demander d'éviter le verlan. Cette figure de style orale m'exècre."
Lorsque le serveur arriva avec l'assiette de fromage et la boisson de son "ami", Marcuccio le remercia platement avant d'adresser un rapide regard à son interlocuteur.
"Etant un apéritif, je vous invite, si le coeur vous en dit, à vous servir."
Joignant le geste à la parole, il saisit un cure-dent et piqua dans un cube de fromage qu'il trempa délicatement dans la moutarde, avant de le porter à sa bouche.
"Mon nom ? Windsor. Andy."
Tendant sa main vers l'inconnu, qui, après cet échange de paroles, ne l'était plus, il se présenta à son tour.

"Marcuccio Harker."
Il ajouta ensuite:
"C'est curieux, Windsor. C'est de quelle origine?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 19:43

"Votre répartie est minable, pardonnez-moi de vous le faire remarquer."
Andy se contenta de sourire, il n’allait pas s’énerver, pas maintenant. Il voulait le defier ? Il ne faut pas défier Andy Ronald. Oh que non. Il vous surprendra toujours, au mieux, il surprendra son interlocuteur. Andy lui donnera de l’action. Ce fut ainsi que le jeune punk prit sa vodka et la versa presque totalement sur le prénommé Marccucio, -nom qu’il ne sut qu’apres-. Il le fixa durant quelques instants, du genre “tu l’a cherché” avant d’ajouter :

-C’était juste pour vous rafraichir.


Ensuite, le “bourgeois” dit quelques belles paroles, telles que :
Loin de moi l'idée d'être déplu par votre façon de parler, mais lorsque je vous regarde, vos mots sonnent aussi faux qu'une flûte à bec dans le gosier de ma soeur. Parler courament ne vous tuera pas, et puisque vous m'avez l'air bien souple de la parole, permettez-moi de vous demander d'éviter le verlan. Cette figure de style orale m'exècre."
Le jeune adolescent le fixa. La boisson sur sa gueule, c’était bien mérité. Andy n’était tout de meme pas nerveux, il aimait provoquer. Il passa de nouveau une main sur ses cheveux, comme s’il cherchait a seduire l’homme en face de lui.

-Elle avait pas de talent, la gamine.


Il ne savait pas son age, c’était sortit, comme ça, tout naturellement, tout automatiquement. Ensuite son “ami” l’invita a se servir s’il le souhaitait, il saisit un cube de fromage et lui sourit. Il y eut les présentations, Marccucio lui tendit la main, et par politesse, Andy fit pareil. Il y eut un petit silence, avant que son interlocuteur demande l’origine de son nom.
-Britanique. Votre nom ne sonne pas italien du tout, Marcuccio.

Ne voulant pas dire plus sur le sujet, il changea de conversation.

- C'est du pur hasard ou vous aussi vous vous rendez au pensionnat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 20:08

S'il y a un truc que Marcuccio ne vit pas venir, ce fut le verre de vodka qu'il se prit prématurément en pleine figure. Il ne pensait pas l'avoir cherché à ce point, mais peut-être son interlocuteur avait-il un tempérament très soupe au lait. Tout en sortant un mouchoir en tissu de sa poche, il s'en tamponna le visage en marmonnant:
"Je vous demanderai de ne pas recommencer.
-C’était juste pour vous rafraichir."
Marcuccio le fusilla du regard.

"Excusez-moi, mon ami, mais suite à cet incident, je serais tenté de vous dire que s'il y a un individu ici qui aurait besoin d'être rafraîchit, c'est bien vous."
Jetant un regard alentour, il remarqua que tous les yeux étaient braqués sur eux. Et lui qui aurait bien voulu éviter d'être ainsi la cible de tous les regards, le voilà gâté...
Et cette façon qu'avait Andy de se passer la main dans les cheveux de ce geste nonchalant! Son cuir chevelu le démangeait, ou quoi? Bien sûr, il était conscient que ce genre de tic était parfois utilisé pour draguer de la midinette, mais n'étant pas une midinette, Marcuccio ne se sentit concerné outre mesure.
"Elle avait pas de talent, la gamine."
Cette façon péjorative de désigner sa soeur agaça encore plus le jeune homme, déjà bien assez échauffé. S'efforçant de n'en rien montrer, il tira une nouvelle bouffée sur sa cigarette déjà solidement entamée et rétorqua:

"Elle a bien d'autres qualités et compétences, croyez-moi. Et la traiter ainsi de gamine ne jouera pas en votre faveur, elle a presque votre âge."
Lorsque Andy souligna que son nom de famille était d'origine britannique, Marcuccio n'en montra aucun étonnement.
"Votre nom ne sonne pas italien du tout, Marccucio."
Haussant un sourcil et remarquant bien qu'on entrait en terrain miné, l'intéressé répondit prudemment:

"Peut-être parce que ma famille est essentiellement française."
Première bourde. Son nom de famille ne sonnait pas plus français qu'italien. Il pâlit et décida de rajouter, noyant le poisson et espérant qu'Andy prêterait plus d'attention à la suite de ses paroles qu'aux précédentes:
"Je n'ai d'italien que le prénom et les souvenirs. Un prénom n'est pas une nationnalité, vu que ce n'est qu'un choix parental."
"C'est du pur hasard ou vous aussi vous vous rendez au pensionnat ?"
Ainsi donc il avait remarqué la valise? En même temps, difficile de ne pas porter son attention dessus, vu sa taille.

"N'y a-t-il donc que cet endroit où se rendre lorsque nous arrivons dans cette ville armés de bagage? Oui, j'ai décidé de reprendre mes études, et il était temps! Dois-je en conclure que nous ne sommes pas prêts de nous quitter?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 31 Mar - 20:50

""Je vous demanderai de ne pas recommencer. Excusez-moi, mon ami, mais suite à cet incident, je serais tenté de vous dire que s'il y a un individu ici qui aurait besoin d'être rafraîchit, c'est bien vous."
Andy sourit. C’était amusant de le voir ainsi. Il ne lui avait pas jetté le verre par enervement comme Marcuccio l’avait sans doute pensé. Il n’ya avait aucune touche de colere, tant dans ses paroles que dans ses attitudes. Le jeune homme ne lui répondit meme pas. Il se mit dans ses pensées, se rappelent des choses qu’il aurait préferé oublié a jamais. Ce ne fut que quando son interlocuteur lui répondit a son precedente “attaque “ qu’il se réveilla et le fixa a nouveau, mine de rien, comme s’il n’avait jamais été dans ses songes.
"Elle a bien d'autres qualités et compétences, croyez-moi. Et la traiter ainsi de gamine en jouera pas en votre faveur, elle a presque votre âge."

Il savait son age ? Andy ne faisait pas ses 17 ans, on lui donnait plus. Il soupira. Parler de famille était relativement ennuyeux pour lui, il n’était pas interessé par sa soeur ni par le frere, d’ailleurs. Il saisait une autre clope, l’alluma, fixa Marcuccio quelques instants avec un regard pénetrant.

-Elle est bonne ?
Voyant le regard de son interlocuteur, il se reprit. Ce n’était pas son genre de parler comme ça. Il avait du respect.
- Je rigole. Vous ne savez pas mon age pour affirmer cela.
“Peut-être parce que ma famille est essentiellement française. Je n'ai d'italien que le prénom et les souvenirs. Un prénom n'est pas une nationnalité, vu que ce n'est qu'un choix parental."
Andy soupira
.
-Les choix parentaux, y a rien de plus naze.
"N'y a-t-il donc que cet endroit où se rendre lorsque nous arrivons dans cette ville armés de bagage? Oui, j'ai décidé de reprendre mes études, et il était temps! Dois-je en conclure que nous ne sommes pas prêts de nous quitter?"
Ce n’était pas faux.A vrai dire, il ne savait pas ce qu’il y avait dans cette ville inconnue, qui n’avait meme pas de nom.

-J’en sais pas plus que vous! Si vous remarquez bien, moi aussi, je me trimballe avec des sacs a dos, ce n’est pas pour rien. En effet, on dirait que nos destins sont unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Mer 4 Avr - 23:49

"Elle est bonne ?"
Marcuccio manqua de s'étouffer avec le morceau de fromage qu'il venait de mettre en bouche. L'avalant en toute hâte, il émit un toussotement courroucé avant de prendre une gorgée de café. Il allait remettre vertement l'impertinent à sa place lorsque celui-ci se reprit:
"Je rigole. Vous ne savez pas mon âge pour affirmer cela."

*J'espère bien, que tu rigoles, mon brave!*
D'un ton sec, presque impitoyable, il partit dans une tirade passionnée envers la seule trace de sororité dans sa famille:
"Pour répondre à votre question, c'est la plus jolie fille qu'aucun homme ne pourra jamais voir dans sa vie. Avec tout le respect que je vous doit, je n'ose même pas penser que vous soyez digne de la désigner comme "bonne", terme bien trop péjoratif pour une fleur pareille. Quand à votre âge, en effet, je n'ai pas encore saisi l'occasion de m'emparer de votre carte pour m'enquérir de votre longévité, mais vous ne me semblez pas grabataire non plus. Je vous donnerais tout au plus la vingtaine, et Valentine n'a plus douze ans. Je pense donc être dans le droit de déclarer que la différence entre vos deux âges est moindre."
Lorsque Marcuccio aborda le chapitre des choix parentaux, il interpréta tout de suite le soupir d'Andy comme une lassitude face aux ordres trop nombreux de ses géniteurs. Et force eut-il de ne pas s'être trompé.
"Les choix parentaux, y a rien de plus naze."

Terminant son dernier cube fromager, il se racla la gorge avant de contrer cette affirmation.
"Au contraire! Je pense justement qu'avec une ouverture d'esprit assez large, un parent peut se montrer des plus "utiles", si vous me permettez ce terme. Bien entendu, il est souvent de bon ton de savoir prendre ses distances face à l'éducation qu'ils nous procurent. Les parents ne sont pas tous de tendre agneaux compréhensifs et tolérants."
Il avait tout de suite deviné la source du mépris que son interlocuteur exerçait contre sa famille. Sans doute cette animosité était-elle liée à son style vestimentaire, et peut-être aussi à toute autre idée ou mode de pensée non partagée.
"J’en sais pas plus que vous! Si vous remarquez bien, moi aussi, je me trimballe avec des sacs a dos, ce n’est pas pour rien.

-Pardonnez-moi, je n'y avais pas prêté attention.
-En effet, on dirait que nos destins sont unis.
-Dis comme cela, votre parole sonnerait presque comme une promesse romantique à laquelle je n'oserais croire, vu les protagonistes de cette "romance"."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Jeu 5 Avr - 0:21

Andy eut un petit rire –pas méchant- quando Marrcio faillit s’etouffer. Oups. Etait-ce cette fois-ci que son cher compatriote allait s’énerver ? Ce m’était pas ce que le jeune homme souhaitait, mais il falalit avouer que ça avait un certain amusement. Apres que son interlocuteur prit une gorgée de son café, il fit un discours auqel le jeune rebelle fit mine de ne pas ç’écouter.
"Pour répondre à votre question, c'est la plus jolie fille qu'aucun homme ne pourra jamais voir dans sa vie. Avec tout le respect que je vous doit, je n'ose même pas penser que vous soyez digne de la désigner comme "bonne", terme bien trop péjoratif pour une fleur pareille.”
*Si tu savais que je préfere les mecs, pauvre imbécile….*


-Détrompez-vous, j’ai beaucoup de respect pour les femmes. *et pour les hommes, hum.* Je ne suis pas comme tous ces débiles qui les traitent comme une merde. Ce sont elles qui donnent la vie, qui doivent supporter un enfant dans leur ventre pendant 9 mois, et qui pour certaines, se font jetée et doivent elever leur fils, seule…Alors oui. Ce sont des roses, belles mais avec des épines.
Andy s’étonna lui meme avec ce qu’il venait de dire. Mais oui, il avait beaucoup de respect pour la gente féminine. Il avait eu peu de petites amies, et regrettait de ne pas les avoir mieux traite.
“Quand à votre âge, en effet, je n'ai pas encore saisi l'occasion de m'emparer de votre carte pour m'enquérir de votre longévité, mais vous ne me semblez pas grabataire non plus. Je vous donnerais tout au plus la vingtaine, et Valentine n'a plus douze ans. Je pense donc être dans le droit de déclarer que la différence entre vos deux âges est moindre."

La vingtaine ? Andy aimerait bien, en effet, l’avoir. Mais ce n’était pas le cas.


[b]-J’aurai bientot la majorité. Je regrette vous annoncer que vous vous étes une fois de plus, tromper.


Ensuite,son “ami” se racla la gorge puis répondit, au sujet familial.
“ Je pense justement qu'avec une ouverture d'esprit assez large, un parent peut se montrer des plus "utiles", si vous me permettez ce terme. Bien entendu, il est souvent de bon ton de savoir rpendre ses distances face à l'éducation qu'ils nous procurent. Les parents ne sont pas tous de tendre agneaux compréhensifs et tolérants."
Andy –a son tour-faillit s’étouffer, mais se reprit, mine de rien.


-Permettez-moi mais certains parents pouvaient éviter d’avoir un enfant si c’est pour le mailtraiter. Pour le rejetter lorsqu’il n’est pas comme il le souhaitait. Le traiter comme un monstre. Mieux valait ne pas l’avoir!
Hum, il parlait de lui, la…

-Je ne parle pas de moi, bien entendu…

Marccucio s’excusa de ne pas avoir remarqu«e plus tot qu’Andy se trimballait lui aussi avec des “bagages” mais il n’ajouta rien.

“Dis comme cela, votre parole sonnerait presque comme une promesse romantique à laquelle je n'oserais croire, vu les protagonistes de cette "romance"."
- Vous ne devriez pas penser ça…A moins que vous ayez des espoirs que cela puisse arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Jeu 5 Avr - 0:42

"Détrompez-vous, j’ai beaucoup de respect pour les femmes. Je ne suis pas comme tous ces débiles qui les traitent comme une merde. Ce sont elles qui donnent la vie, qui doivent supporter un enfant dans leur ventre pendant 9 mois, et qui pour certaines, se font jetée et doivent elever leur fils, seule…Alors oui. Ce sont des roses, belles mais avec des épines."
Marcuccio haussa un sourcil, admiratif. Ce garçon avait l'air moins macho qu'il ne le pensait, et encore moins irresponsable, par conséquent.

"Votre copine a beaucoup de chance de vous avoir. Ou votre futur jouvencelle en aura énormément."
Lorsque le sujet de l'âge d'Andy fut mit sur le tapis, celui-ci surenchérit:
"J’aurais bientôt la majorité. Je regrette vous annoncer que vous vous êtes une fois de plus, trompé.

-Permettez-moi de vous répondre que de m'être trompé, je ne l'ai fait qu'une fois. Si votre âge s'arrête au dix-septième chiffre, ma première proposition était des plus justes. Il n'est pas correct de dévoiler l'âge d'une femme, mais comme la principale intéressée n'est pas là pour nous entendre, je vous dévoilerai volontiers qu'elle a à peine passé seize printemps. Voyez, vous n'êtes pas si éloignés."

Lorsqu'Andy paru, à son tour, avoir du mal à gober les paroles de Marcuccio lorsque celui-ci aborda le chapitre de la famille, ce dernier eu peur de toucher une corde sensible.
"Permettez-moi mais certains parents pouvaient éviter d’avoir un enfant si c’est pour le maltraiter. Pour le rejeter lorsqu’il n’est pas comme il le souhaitait. Le traiter comme un monstre. Mieux valait ne pas l’avoir! Je ne parle pas de moi, bien entendu…

-Bien entendu...mais j'ai remarqué chez vous une réaction assez violente, pardonnez-moi d'en faire la constatation. S'il ne s'agit pas de votre personne, aurais-je raison de mentionner...un quelconque ami dans cette histoire? Quelqu'un qui aurait eu plus de mal que nous deux réunis avec ses géniteurs?"
Le sujet devenait gênant, mais Marcuccio ne soupçonnait pas le mal-être qui allait l'envahir quelques secondes plus tard.
"Vous ne devriez pas penser ça…A moins que vous ayez des espoirs que cela puisse arriver."
Il se raidit sur sa chaise, les articulations soudainement coincées. L'idée-même d'une relation avec un homme le remplit tout à coup d'effroi, comme chaque fois que le thème était ramené sur la table.

"Loin de moi l'idée d'une pareille folie."
Voilà. Il préférait passer pour ce genre de personne. Ainsi peut-être, le chapitre évoluerait-il plus vers un débat homophile plutôt que vers des questions gênantes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Jeu 5 Avr - 1:17

Marccucio parut étonné. En effet, qui allait dire que de telles paroles allaient sortir d’un jeune homme avec cette aparance et ce style vestimentaire ?Personne. Oui, Andy était diferente aussi en mentalité. Il avait une certaine maturité, beaucoup plus developée que ceux de son áge. Et il en était fier.
Votre copine a beaucoup de chance de vous avoir. Ou votre futur jouvencelle en aura énormément."
A cette responde, Andy resta silencieux quelques secondes. Il sourit, l’air de rien. Il était tellement habitué a ce genre de remarques que sa reáction de “camouflage” était automatique, imédiate. Ne sachant pas quoi dire, il utilisa l’ironie. Il n’allait pas dévoiler son orientation. Pas par honte, mais plutot par peur. Il n’avait pas besoin de plus de préjugés.


-Oui, c’est un grand privilege de m’avoir.

-Permettez-moi de vous répondre que de m'être trompé, je ne l'ai fait qu'une fois. Si votre âge s'arrête au dix-septième chiffre, ma première proposition était des plus justes. Il n'est pas correct de dévoiler l'âge d'une femme, mais comme la principale intéressée n'est pas là pour nous entendre, je vous dévoilerai volontiers qu'elle a à peine passé seize printemps. Voyez, vous n'êtes pas si éloignés."
Andy aimait sa maniere de parler, tout compte fait.


-Je vous dois des excuses, je l’affirme.

Le jeune homme eut peur que Marccucio se doute qu’il parlait de lui. Apres sa réaction, difficile de croire que ce n’était pas le cas. Il pouvait toujours inventer une escuse apres tout. Sa connaissance n’avait pas a savoir ça tout de suite, ou meme apres. Personne n’avait besoin de le savoir.
-Bien entendu...mais j'ai remarqué chez vous une réaction assez violente, pardonnez-moi d'en faire la constatation. S'il ne s'agit pas de votre personne, aurais-je raison de mentionner...un quelconque ami dans cette histoire? Quelqu'un qui aurait eu plus de mal que nous deux réunis avec ses géniteurs?"
Le jeune homme eut du mal a avaler sa salive.


-Hum…Oui..Oui, mon ami. C’est cela. *il se reprit* Il a eut beaucoup de mal, vous savez. Mais on ne choisit pas sa famille ni*son orientation*….ce qui va arriver.

Son “ami” parut ensuite “nerveux”comme prit par un effroi. Avait-il effrayé son interlocuteur? Sa remarque désagréable ne plut pas a Andy.

-Dois-je en conclure que vous etes homophobe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Dim 8 Avr - 15:41

"Dois-je en conclure que vous êtes homophobe ?"
Marcuccio leva les yeux vers Andy, indécis. Il ne s'était jamais préparé à ce genre de questions, et n'y avait, d'ailleurs, jamais été confronté. Que dire?

*Mais oui, je suis un connard, tout à fait!*
Cette pensée le traversa d'un coup, et il ne pu s'empêcher de sourire devant la bêtise d'une telle question. Qui donc pouvait se reconnaître comme homophobe? Ce serait comme reconnaître qu'on était quelqu'un de mauvais.
Cependant,après ce qu'il venait de dire, il aurait été étrange qu'il se dise dénué d'animosité envers la communauté gay, alors qu'il avait essayé de faire comprendre qu'il préférait, en d'autres termes, mourir plutôt que de s'acoquiner avec un homme.

"Nous allons dire ça, oui."
Il baissa le regard, espérant que les trémolo de sa voix ne soient pas remarqués.
Non, ça n'allait pas le faire. Ce n'était pas assez, et il paraissait bien trop mal à l'aise. Il devait en rajouter. C'était obligé.

*Pardonne-moi, Dylan.*
"Franchement, pensez-vous vraiment que se mettre en amour avec un homme, quand on en est un soi-même, puisse être un geste sans conséquence? Un tel amour mène en enfer, et je ne cautionne pas ce lieu. Vous êtes d'accord avec moi, n'est-ce pas?"
Il allait vomir, s'il ne s'arrêtait pas. Mais il devait continuer. Sa voix tremblait, mais il se força à en rajouter encore, quitte à se haïr par la suite. Avec un demi-sourire moqueur, il tenta d'achever son interlocuteur.
"A moins que vous en soyez un vous-même, en quel cas je vous vois digne du plus profond mépris."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Dim 15 Avr - 19:41

"Nous allons dire ça, oui. “
Andy serra son poing. Il haissait les homophobes.Du plus profond de son etre et voila qu’il se trouvait en face d’un. Ce fut ainsi que Andy, qui devint três nerveux, ne se retint…Et gifla Marccucio. Avec force. La marque de sa main était probablement marquée sur la face de son “ennemi” tel était sa furie
.

-Et bien mon poing, il vous dit ça.´

Franchement, pensez-vous vraiment que se mettre en amour avec un homme, quand on en est un soi-même, puisse être un geste sans conséquence? Un tel amour mène en enfer, et je ne cautionne pas ce lieu. Vous êtes d'accord avec moi, n'est-ce pas?"

En fait, la jolie voix de sa connaissance tremblait. Le jeune homme poussa un soupir, un long soupir. Il n’avait pas entendu de telles conneries depuis longtemps ! Quelle blague, il trouva cela tellement ridicule qu’il se força a rire. Un rire forçé, avant de répondre avec haine, mais le plus naturellement possible:
- Qui mérite l’enfer, c’est vous, triple enfoiré. On ne choisit pas qui on aime, ça arrive. Mais vous ne savez pas ce que doit étre l’amour, et vous ne méritez meme pas de savoir ce que c’est.

A sa question, Andy rélechit. Non, il n’allait pas dire qu’il était bi, pas maintenant, pas tout de suite. Il préferait jouer a son jeu, vu que Marcucio semblait dire ces mots répugnants pour cacher quelque chose. Andy le sentait. Lui-meme l’avait avait creer un masque, pendant longtemps.
Ainsi, pour faire croire au jeune homme qu’il était hétero, il fit signe a une jeune fille qui passait. Celle-ci s’approcha de lui, il lui fit un de ces plus beaux sourirs charmeurs e til n’eut besoin de lui demander son numéro de téléphone, cette derniére le fit.


-Cela répond a votre question ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Gilbert
Admin
avatar

Messages : 684
Date d'inscription : 01/01/2010

En savoir plus
Age du perso : 16 années
Amis, amours, ennemis...:
Don ::

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Mar 24 Avr - 22:04

Elena venait d'arriver ce matin, dans cette étrange ville, pour non seulement aller dans ce mysterieux pensionnat mais aussi pour son premier job d'étudiant, dans un café/bar. C'était son premier jour. La jeune fille était nerveuse. Elle avait peur que ça ne se déroule pas bien, ou...pas comme elle le voudrait. Bref, sa matinée se passa plutot bien, malgré quelques regards. Mais c'était normal, la couleur de ses cheveux ne passait pas inaperçu. Elle, qui ne voulait pas etre le centre des attentions...c'était raté Tout allait pour le mieux jusqu'a ce qu' elle vit deux hommes qui semblaient etre en train de se disputer... elle s'approcha d'eux quand le punk giflea l'autre. Elle devait résoudre les choses, c'était aussi son devoir en tant que serveuse. D'une voix un peu timide, avec un ton d'autorité, l'adolescente ajouta :

-Je peux savoir ce qu'il se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Mar 24 Avr - 22:26

Malgré ses paroles emplies d'animosité, Marcuccio n'avait pas réellement envisagé que son interlocuteur aurait pu réagir avec violence. Il ne vit pas arriver la gifle qui lui faucha la joue, le forçant à tourner la tête avec un grand bruit sec. Il resta quelques secondes immobiles, le visage encore tourné vers la gauche, et ferma les yeux. Cette gifle, c'était sa pénitence. Sa pénitence pour s'être insulté lui-même, pour avoir insulté les autres, et pour avoir insulté Dylan.
Portant la main à sa joue cramoisie, il regarda Andy droit dans les yeux.
"Et bien mon poing, il vous dit ça. Qui mérite l’enfer, c’est vous, triple enfoiré. On ne choisit pas qui on aime, ça arrive. Mais vous ne savez pas ce que doit étre l’amour, et vous ne méritez meme pas de savoir ce que c’est."
Un noeud se forma dans sa gorge. Il avait du mal à accepter les insultes, les menaces, les colères assénées pour quelque chose qu'il n'avait pas fait. Et le plus paradoxal de tout ça, c'est qu'il le prenait pour argent comptant. Non, il ne pensait pas ce qu'il disait. Et il ne savait même pas mettre les mots sur ce qu'il avait fait, mais il savait qu'il y avait quelque chose qui le forçait à se détester. Il savait que tout ce qui était arrivé, c'était sa faute, et cette gifle, ces paroles, c'étaient ce qu'on ne lui avait jamais administré. C'était comme si on lui reprochait enfin ses erreurs, et ça lui fit monter les larmes aux yeux. Il les camoufla tant bien que mal en se passant la main sur le visage, feignant la fatigue, voire l'agacement.
Il regarda Andy aborder une jeune fille qui passait près d'eux et observa leur échange. Aucun mot n'avait été échangé, et pourtant, le voici avec les coordonnées de l'inconnue dans la poche. Un bellâtre par excellence.
"Cela répond a votre question ?

-Je ne vous ai pas posé de question."
Si, il lui en avait posé une. Mais cet ersatz de réponse semblait hors-sujet. Comme s'il lui montrait qu'il était hétéro. Mais la question de Marcuccio ne cherchait pas à s'enquérir de l'orientation sexuelle d'Andy.
*Ah si, l'objet de mon mépris.*
-Je suis...heureux de constater que vous fassiez partie de la bonne rive.
Il déglutit, avant d'ajouter:
-Vraiment.
-Je peux savoir ce qu'il se passe ?"
Marcuccio se retourna brusquement pour faire face à la serveuse qui se tenait dans son dos. Il écarquilla immédiatement les yeux devant la tenue de la jeune fille. Pourquoi ne croisait-il que des personnes étranges dans cette ville? Où avait-il donc atterrit? Il se serait cru à Londres, en plein quartier de Camden, et pourtant, l'Angleterre était bien loin. Il se tourna l'espace d'un instant vers Andy, plissant un sourcil dans une moue interrogatrice. Comme s'il pouvait le renseigner sur leur appartenance à la même communauté esthétique. Se reprenant, il fit de nouveau face à l'employée et balbutia:

"Juste...juste une petite querelle de circonstance. Pardonnez-nous...ce sera vite achevé. Nous partirons si les circonstances amènent au contraire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy R.Windsor

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Mar 24 Avr - 22:45

ndy, étant tres observateur, remarqua les larmes qui firent leur apparition sur les yeux de son interlocuteur. Soit c'était a cause de la violence qu'il avait fait, soit c'était a cause d'autre chose...De toute façon, le jeune homme ne s'en voulait pas. Il avait merité cette giffle, et méritait plus ! Mais ils étaient dans un endroit public, un café, en l'occurence. Ils n'allaient pas faire un scandale encore plus grand, deja que tout les regards étaient fixés sur eux.

Je suis...heureux de constater que vous fassiez partie de la bonne rive.

Andy ne put s'empecher de pouffer.


-Oui, bien sur. J'espere que vous aussi.

Il ne remarqua qu'apres la jeune serveuse. Hum, pas mal. C'était son genre de fille. Celle-ci s'approcha ensuite, sans doute qu'elle venait de demander ce qu-il se passait. Il n'avait pas tort, c'est ce qu'elle fit. Le jeune homme lui sourit, comme si ce qui venait de se passer était la chose la plus naturelle du monde.

- Oh, juste une petite gifle entre amis, n'est-ce pas Marcucio? Tout va bien, ne vous inquietez pas, mademoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Jeu 26 Avr - 22:31

"Oui, bien sur. J'espere que vous aussi."
Allait-il pousser le bouchon jusqu'au bout et passer pour un imbécile? Le but, au départ, était bien d'éloigner toute éventualité d'être homosexuel, pas de se faire des ennemis. Nerveux, Marcuccio préféra garder le silence sur ce point-ci.

"Oh, juste une petite gifle entre amis, n'est-ce pas Marcuccio?

-Exactement.
-Tout va bien, ne vous inquietez pas, mademoiselle."
Reprenant du poil de la bête, Marcuccio esquissa une petite révérence polie devant l'employée qu'il n'avait pas encore saluée jusqu'alors, ce qui était pourtant la base avec les dames.

"Etant le fauteur de trouble, si nous retournons aux origines de cette querelle, je suis navré d'avoir causé votre dérangement, et ainsi peut-être votre courroux. Pour me faire pardonner, accepteriez-vous de vous asseoir à notre table? Je vous offrirais un café avec le plus sincère des plaisirs et la plus sincère des soumissions, si le droit de prendre votre pause s'offrait à vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Gilbert
Admin
avatar

Messages : 684
Date d'inscription : 01/01/2010

En savoir plus
Age du perso : 16 années
Amis, amours, ennemis...:
Don ::

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 28 Avr - 15:16

Elena était un peu tendue avec tout ça. C'était son premier jour de travail, et la jeune fille avait déja droit á ce genre de querelle génante. Décidemment, ça commençait mal. Elle ésperait que ce ne soit pas tous les jours comme ça. Elle détestait la violence....Sans doute á cause de son passé. La jeune fille fixa les deux concernés. Le punk essaya de la "rassurer" pendant que l'autre, qui avait beaucoup plus de classe, s'excusa.

«- Oh, juste une petite gifle entre amis, n'est-ce pas Marcucio? »

Elena devisagea le punk. Elle voyait de l'ironie dans les paroles de ce dernier
.

«-Et bien j'espere...que cette belle plaisanterie soit terminé. Ce n'est pas seulement á cause de la mauvaise image que ça donne aux autres clients, mais la violence ne résout rien. Que votre ami ait mérité ou non.»

La jeune fille s'étonna elle-meme avec ce qu'elle venait de dire au jeune homme excentrique. -meme si tous les deux l'étaient-, ce dernier lui adressa un sourire et un clin d'oeil, comme s'il cherchait a se faire excuser.

«Etant le fauteur de trouble, si nous retournons aux origines de cette querelle, je suis navré d'avoir causé votre dérangement, et ainsi peut-être votre courroux. Pour me faire pardonner, accepteriez-vous de vous asseoir à notre table? Je vous offrirais un café avec le plus sincère des plaisirs et la plus sincère des soumissions, si le droit de prendre votre pause s'offrait à vous.»

Cet homme sans doute plus agé qu'elle la suprenait. Et elle aimait etre surprise. Elle ne savait pas si elle devait ou non accepter. Mais apres tout, pourquoi pas? Elle avait besoin d'une pause, elle travaillait depuis ce matin. L'adolescente fit signe au patron, qui hocha la tete en guise réponse positive.


«-Je...euh...j'acccepte. Je comprends, mais comme c'est mon premier jour de travail ici, ce n'est pas tres agréable comme vous devez le savoir. Neámoins,vous etes pardonné.»

Elle lui sourit timidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcuccio Harker

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Sam 28 Avr - 15:57

"Et bien j'espère...que cette belle plaisanterie soit terminée. Ce n'est pas seulement á cause de la mauvaise image que ça donne aux autres clients, mais la violence ne résout rien. Que votre ami ait mérité ou non."
Marcuccio hésita quelques instants avant de répondre. En effet, cette jeune fille avait raison: la violence était toujours à proscrire. En tout cas, c'était ce que disaient sans cesse les parents. Mais parfois, les paroles ne suffisent pas à faire comprendre ce que l'on pense d'une personne, d'autant plus si l'on est d'un naturel échaudé.

"Je comprends tout à fait. Moi-même, je n'aurais certainement pas apprécié quelque rixe sur mon lieu de travail. Encore une fois, je vous demande de nous pardonner."
Il la regarda "demander" sa pose à l'homme qui devait sans nul doute être son patron, et ne put s'emêcher de sourire devant l'accord de celui-ci. Il se rendait compte qu'il avait réellement envie de passer un peu de temps avec cette jeune fille qui, malgré un style assez agressif, semblait être pourvue d'un naturel tout à fait sympathique.
"Je...euh...j'accepte. Je comprends, mais comme c'est mon premier jour de travail ici, ce n'est pas tres agréable comme vous devez le savoir. Neámoins,vous etes pardonné."
Soulagé de se voir ainsi excusé, à lui et à Andy, Marcuccio ne pu empêcher un soupir de soulagement s'échapper de sa poitrine.

"Bien entendu, je m'en rends compte. Dois-je appeler quelqu'un pour qu'il vienne vous servir quelque chose?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Gilbert
Admin
avatar

Messages : 684
Date d'inscription : 01/01/2010

En savoir plus
Age du perso : 16 années
Amis, amours, ennemis...:
Don ::

MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   Mer 2 Mai - 19:29

Elena fut suprise par l'attitude du jeune punk, qui semblait nerveux. Ou énervé, au choix. Si elle le connaissait, sans doute lui aurait-elle demandé ce qu'il se passait, mais comme ce n«était pas le cas et qu'en plus, elle était timide et ne voulait pas le mettre plus en colere, elle ne le fit pas. L'adolescent se leva brusquemment, et s'adressa á elle, avant de partir.

«La vodka est sur le compte de monsieur.» dit-il en fixant l'autre jeune homme.

L'adolescente était perplexe. Elle posa son regard sur le jeune homme restant.

«Il est toujours comme ça, votre ami ?» demanda-t-elle, toujours avec sa voix timide.

Ensuite son interlocuteur posa une question. Elle meme ne savait pas. Un café...Du sucre. Des calories. C'en était pas des masses, mais elle reufsait d'en prendre. Elle faisait un régime, elle ne pouvait pas se le permettre.

»Je...hum...vous remercie mais je ne veux rien. J' ai un régime a suivre...Ne croyez surtout pas que je suis comme ces filles superficielles, non...c'est juste que, voila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Et s'il le poussait?" "Marcuccio, il pousse pas. Il effleure par mégarde. Nuance."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Là ou l'herbe ne pousse plus
» IVY ○ que le vent te pousse toujours en avant.
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» maureen (+) c'est l'histoire d'un poussin qui voit un poussin qui en pousse un.
» Pousse ton cul je vois plus le soleil u.u BIATCH 1 VERSUS BIATCH 2 AVEC SIMON EN DECO (vwala t'es content è.é ?p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Secret Destiny ☩ :: ♠ La ville ♠ :: ~Le Café~-
Sauter vers: